EXEGESE D'UN SACRIFICE

LA VOIE SACREE QUE NOUS OFFRE ODIN


   ESSAI D'EXEGESE 

 


Il est dit, aux stances 138 et 139 du Havamal, Ecriture que nous transmettent les Dits de Odin, le Très-Haut :

Je sais que je pendis
Sur cet arbre battu des vents
Neuf nuits durants
Blessé par ma lance
Et offert à Odin
Moi-même sacrifié à moi-même
Sur cet arbre
Dont personne ne sait
D'où proviennent les racines.

On ne m'apporta ni pain
Ni coupe d'hydromel
Je scrutais en bas
Je ramassais les Runes
Hurlant je les saisis
Je retombais de là.


Odin se pendit donc par les pieds à Yggdrasill, l'Arbre cosmique, pour, à travers une Epreuve Chamanique, (dont le caractère présent est de procurer l'Illumination à l'issue d'une souffrance plaçant le sujet dans un état second propice), découvrir les Mystères Primordiaux des Univers, ou du Multivers, en l'occurrence, les Runes.

Plus précisément, après avoir confié son oeil gauche (celui de l'esprit) dans le Puits de Sagesse et de la Mémoire des Mondes gardé par Mimir, il poursuivit sa Quête en voulant découvrir les Clés Energétiques et Fondamendales, Primordiales du Multivers.

Il se Sacrifia donc, dans l'esprit chamanique cité plus haut :
Blessé par ma lance

Et offert à Odin, moi-même sacrifié à moi-même, c'est à dire qu'il pratiqua l'exercice de cette souffrance au bénéfice de sa propre Connaissance.

Sur cet arbre battu des vents :
Je pense qu'il s'agit de Vents runiques, plus précisément des Vents des Clés Energétiques/Primordiales puisque Yggdrasill constitue le Multivers, lequel est architecturé/édifié par ces Energies dont la manifestation est suggérée par le Kenning (ou métaphore) vents.

Odin signale cette présence venteuse pour indiquer, implicitement, qu'il savait ce qu'il cherchait et l'endroit où le trouver.

Neuf nuits durant :
Les anciens ne comptaient pas en jours, mais en nuits, considérant que le jour naît de la nuit qui reste donc prioritaire. il nous en reste, par ailleurs les fêtes de "réveillon"... Neuf est le nombre, d'ailleurs sacré, de l'accomplissement total...la naissance est d'ailleurs précédée de neuf mois de gestation.

Sur cet arbre dont nul ne sait d'où proviennent les racines :
Tout au "Commencement" existe uniquement ce qui est nommé "Ginnungagap", c'est-à-dire littéralement "Gouffre béant magique".

Le qualificatif "magique" sous-entend qu'il n'est pas vide, mais empli de Présences que sont ces Energies Primordiales qui demeurent pour l'instant latentes, un peu comme un Placenta Cosmique enceint de "Foetus Créateurs" prêts à Agir.


Ensuite, pour faire un "raccourci",  furent aux "deux extrémités", "Niflheimr", le "Monde des Brumes Glacées" et "Mespellsheimr", le "Monde du Feu". Les deux se rencontrant engendrèrent Yggdrasill, Arbre/Structure du Multivers. Je pense qu'il est donc très raisonnable de considérer que la phrase: "dont nul ne sait d'où proviennent les racines" ne signale pas une ignorance, mais une non-connaissance (et pour cause) de la nature de l'endroit de provenance qui se trouve être "Ginnungagap".

Je scutais en bas :
En direction de Ginnungagap, d'où proviennent les racines, et où demeurent les Energies Primordiales que le Dieu s'efforçait de distinguer grâce à sa Transe Chamanique.

Je ramassais les Runes :
Odin saisit alors l'expression, les symboles...graphiques, pourrait-on dire, des Energies, en tant qu'outils propres à une Communication directe de ces mêmes Energies Primordiales.

Hurlant je les saisis :
Pour activer ces glyphes, ou symboles graphiques, il fallait les "Nommer":  Odin Hurla /Incanta alors le Nom de chacune d'entre elles.

Runes vient de "Raùn" qui signifie secret, mais aussi "Hurler" ou "Murmurer", pratique conseillée traditionnellement pour le "Galdr" ou "Incantation".

Odin put ainsi "construire l'Outillage Runique", propre à l'utilisation des Dieux, mais aussi des Humains en le leur offrant par la Voie de l'Inspiration.

A chaque être désormais de partir en Quête de leur Connaissance, car il est nécessaire de se munir d'une longue et patiente Initiation pour s'accorder à leur "Diapason"

 

 

Je me permets d'ajouter ici l'excellente éxégèse de Jean Vertemont et de Jean-Gabriel Foucaud, Tirée de leur ouvrage "Runes et Chamanisme" , aux Editions Véga:

Odin est l'héritier du Dieu nocturne indo-européen Ouranos-Varuna. Il est le maître des chamanes. Prenons le texte pour son sens usuel: le chamane Odin se trouvait "livré à lui-même". Il s'était blessé d'une lance pour connaître une mort initiatique. Il 'était pendu par les pieds, comme toutes les victimes sacrificielles qui lui étaient offertes. Dans cette position, il ne pouvait que contempler le ciel, comme le pendu du 12è arcane du tarot.

Dans son voyage chamanique, Odin a scruté le ciel et, sans doute à partir de repères astronomiques existants, étayés par une longue tradition, il a fait des hiéroglyphes destinés à communiquer avec le cosmos par le culte, la divination et la magie. Il a reconnu les Runes en hurlant, c'est-à-dire en utilisant la force mystique de la parole sacrée.

Rappelons que les neuf nuits (neuf jours) dont il est question peuvent signifier tout autant neuf mois, en vertu de l'ancienne homologie des mesures du temps attestée dans toutes les mythologies indo-européennes. Cette indication est d'importance, car il s'agit d'une véritable gestation et d'un véritable accouchement.

De plus, et pour satisfaire l'esprit rationnel, les étoiles proches de l'écliptique qui constituent les plus anciens points de repère permettant de dresser un calendrier, ne sont pas toutes visibles dans le ciel en une même nuit, ni en neuf nuits consécutives à nos latitudes de pays tempérés, mais elles le sont pour un observateur qui demeurerait attentif au ciel pendant neuf mois.

Cliquez sur Odin pour lire la suite de l'éxégèse


 

Cliquez sur l'Arbre pour remonter en haut de page

 

 

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×