Ginnungagap et les Runes

Ginnungagap et les Runes

 

ginnungagap.jpg


Ginnungagap, le Gouffre béant magique, et les Runes :

Avant le commencement des temps, existe Ginnungagap, le Gouffre Magique Béant.
La manifestation des Runes et leur ordonnancement dans le Futhark sont liés aux processus cosmogonique et cosmologique.
Les Runes n'ont pas d'origine: elles sont la substance de l'énergie contenue dans Ginnungagap. 
Elles sont omniprésentes sous une forme indifférenciée dans tout ce gouffre (défiant donc la compréhension). 
Après la division de ce "Magma", entre Muspellsheimr et Niflheimr, se distinguèrent "Heidrunar", les Runes Brillantes et "Myrkrunar", les Runes Sombres.
Elles forment les deux pôles du corps unique de puissance runique. 
Ces forces runiques s'attirèrent pour se rejoindre et créer la semence cosmique de toute manifestation contenue dans Ymir ( lequel peut être vu comme étant l'univers vierge).

Les Runes Brillantes et Les Runes Sombres se mélangèrent à nouveau en un unique ensemble dynamique et potentiellement créateur. 

Si les forces runiques sont en action dans l'intégralité du processus cosmogonique décrit ci-dessus, les Runes telles que nous les connaissons ne se sont pas encore manifestées. 

En effet, jusqu'au sacrifice de Ymir (ou l'univers perdit en quelque sorte sa "latence" pour devenir "patent"), l'univers s'intègre dans un état non manifesté. 

Lorsque les trois frères, Odin, Vili et Vé, tuent Ymir, c'est la "semence cristallisée du système runique" qui "arrange" cette "substance" runique conformément au modèle multiversel.
Ainsi, créent-ils les Neuf Mondes qui "composent" Yggdrasill, l'Arbre Cosmique. 
De cet acte fondateur proviennent l'ordre cosmique et le phénomène de manifestation. 

C'est alors que Futhark, disposant les Runes par lignes, est formé, créant de ce fait le premier rangement ordonne au cœur du multivers. Il s'est développé à partir du centre, en commençant par les formes les plus élémentaires de force cyclique (Jera) et verticale (Eihwaz).
A partir de ce point, les autres Runes se manifestèrent en se répartissant linéairement le long de douze cercles concentriques.
A l'intérieur de l'espace créé par chaque cercle manifesté, on peut isoler un couple de Runes (concepts ésotériques). 

Sur ce système concentrique, les Runes sont donc installées sur chaque cercle en partant de part et d'autre du "moyeu" Jera/Eihwaz, qui se trouve être, en fait, le "premier couple". 

Jera, dans un "croquis de signification" montre un mouvement... solaire qui, en s'emballant, vient s'accrocher à Eihwaz, de nature profondément initiatique si l'on considère, d'une part le haut du glyphe qui accroche Asaheimr à travers Ljossalfheimr et le bas qui accroche Helheimr à travers Manaheimr; d'autre part, et par voie de conséquence, si l'on considère Eihwaz comme un schéma très stylisé de Yggdrasill. 

Par ailleurs, si l'on observe le dessin de Eihwaz, on s'aperçoit qu'il est constitué de deux Laguz en quinconce/inversés... Et là demeure les deux faces complémentaires (paradoxe odinique oblige, clin d'oeil à Dagaz) de Laguz: heidlaguz et myrklaguz, autrement dit, Laguz lumineuse et Laguz sombre. 

En conclusion, je dirai que Eihwaz est trois fois majestueusement initiatique puisque comportant les aspects de l'Eau cosmique en Laguz en biface. L'Eau cosmique correspondant au liquide amniotique/placenta cosmogonique du Prana, chez les Indous, ou du Önd, chez nous.
Cette danse/duo Jera/Eihwaz montre, tant au niveau cosmique qu'au niveau humain, que l'Initiation Cosmique et humaine doit évoluer, néanmoins à une vitesse que contrôle les crochets de Eihwaz.

Par conséquent, les couples runiques de part et d'autre, chargé chacun de son histoire, sont, tout simplement:

Fehu - Dagaz 
Uruz - - Othalaz
Thurisaz - - - Ingwaz
Ansuz - - - - Laguz
Raidho - - - - - Mannaz
Kenaz - - - - - - Ehwaz
Gebo - - - - - - - Berkano
Wunjo - - - - - - Tiwaz
Hagalaz - - - - - Sowilo
Naudhiz - - - - Elhaz 
Isa - - Perthro
Jera - Eihwaz

Les lois de sympathie et d'antipathie déterminent quelles Runes agissent dans chaque cercle. Et ces mêmes lois précisent lequel des deux concepts sera conjugué avec quelle autre Rune pouvant se manifester.

L'intellect perçoit ce système dans un ordre correspondant au trajet du soleil. Et, de ce fait, la valeur numérique des Runes s'échelonnent de 1 à 24.

Ces valeurs constituent également un élément des rapports innés de chaque mystère (ou Rune) par rapport aux autres; elles jouent un rôle déterminant dans leur ordonnancement. 

La superbe grandeur de cet ordonnancement est un fécond canal pour la méditation; il permettra d'acquérir beaucoup de sagesse et développera considérablement la puissance de l'étudiant vitki qui saura résoudre les énigmes posées par les Runes...

Les Runes brillantes et sombres sont les deux faces de chaque Rune, comme je l'ai évoqué pour Laguz.
Dans un couple peuvent se rencontrer les deux faces de façon contraire ou non, en vis à vis.


Pour remonter, cliquer sur l'image

ginnungagap.jpg

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×